Shaanti

Blog

Ce rendez-vous est le premier d’une série que je souhaite mensuelle. Les cercles de femmes existent depuis la nuit des temps et sont des moments sacrés et privilégiés qui nous permettent d’échanger en toute bienveillance, de partager et prendre du temps rien que pour nous.
 
Le thème de ce premier Cercle est l’Identité de Femme.
Qui êtes-vous? Arrivez-vous à différencier votre identité de vos rôles sociaux? Entre l’amie, la mère, l’amante, la manager, la fille, et tant d’autre, comment trouver la place pour notre « vraie » nous et comment ne pas l’oublier?
 
Ce rendez-vous est à la fois un moment de discussion et un soin énergétique collectif grâce à une méditation guidée en fin de séance. Ce Cercle vous aidera à vous recentrer et à laisser (re)naître la femme en vous.
 
Date: Jeudi 22 novembre de 19h30 à 21h30 (merci d’arriver un peu avant le début)
Lieu: 51 avenue Jean-François Raclet, Lyon 7 (métros B Debourg ou Place Jean-Jaurès ou T1 Debourg)
Nombre de places: 10 participantes maximum
Tarif: 20€
 
Pour vous inscrire, merci de me contacter par email: doriane.shaanti@gmail.com
 
Au plaisir de partager ce beau moment avec vous!
Doriane
Credit Image: Beverly Ash Gilbert

On entend beaucoup parler de l’ancrage mais il est parfois difficile de cerner de quoi il s’agit, ni comment « s’ancrer ». Et pourtant l’ancrage est la base de beaucoup de pratiques ancestrales, qui ont malheureusement été perdues au fil du temps, surtout dans nos sociétés occidentales. Pourquoi ? Car nous vivons à 100 à l’heure, marchons vite, sur du béton, avec des chaussures et vivons majoritairement en ville. Vous l’aurez compris, notre mode de vie loin de la nature et du respect de ses rythmes est ce qui impacte le plus notre capacité d’ancrage.

Qu’est-ce que l’ancrage?

Au niveau étymologique, l’ancrage est l’action d’ancrer, d’implanter solidement quelque chose. Comme un bateau qui jette l’ancre pour se fixer dans un lieu particulier, être ancré.e. signifie être « maintenu.e au sol ».

Personnellement l’image d’une ancre ne me convient pas vraiment, c’est lourd et métallique et limite vraiment nos mouvements. Je ne dois pas être la seule, car lorsqu’on parle d’ancrage on a plus tendance à utiliser l’image d’un arbre que d’une ancre de bateau ! Pourquoi un arbre ? Car ce dernier est à la fois totalement enraciné dans le sol, tout en ayant la possibilité de grandir et de s’étendre vers le ciel. Je trouve que ce qui explique le mieux l’ancrage du coup, c’est le mot « s’enraciner ». Etre ancré.e c’est donc avoir de grosses racines bien profondes dans le sol.

Pourquoi être enraciné.e ?

Car nous venons de la Terre et que nous y retournons; la Terre est notre « Terre mère ». Elle fait naître les arbres, les plantes, les fruits et légumes qui nous nourrissent tous chaque jour. Elle nous soutient physiquement mais aussi émotionnellement si nous prenons le temps d’y faire attention. Pourquoi dès que nous sommes contrarié.e.s nous avons tout de suite « envie d’aller marcher dehors » ? Pourquoi nous sentons-nous si bien quand nous sommes dans un parc ou dans une forêt ? Car la Nature a des vertus incroyables.

Au Japon, les « bains de forêt » (sylvothérapie en France, shinrin-yoku au Japon) sont reconnus depuis 1982 comme une médecine préventive. Grâce à une étude scientifique, on s’est aperçu de certains bénéfices : système immunitaire renforcé, réduction de la pression artérielle, du taux de glycémie, amélioration de la mémoire et de la concentration, etc. (1) Le calme, les odeurs, les sons, la fraîcheur, et surtout la vie qui est visible partout dans la Nature nous relaxent et nous apaisent.

Je suis également tombée sur cette vidéo, qui est géniale car elle montre ce qui se passe dans notre corps lorsque nous sommes en lien avec la Nature et apporte un aspect scientifique à l’ancrage énergétique : Cliquez ici pour voir la vidéo!

En quoi l’enracinement peut nous aider dans notre vie?

jeremy-bishop-556948-unsplash

Un arbre qui a de grosses racines reste impassible devant le vent alors qu’un arbre avec des très petites racines va rapidement être mis à mal. C’est pareil pour l’être humain : si vous êtes ancré.e.s alors les contrariétés du quotidien tout comme les plus gros soucis vous affecteront peut-être mais vous vous sentirez plus fort.e pour y faire face. Dans le cas contraire la moindre remarque pourra vous impacter de façon importante et vous aurez du mal à vous relever lors d’épreuves que vous vivrez.

L’ancrage vous permet donc d’être solide face aux apprentissages de la vie.

Mais ça n’est pas tout ! Si vous avez des racines profondes vous pouvez également renvoyer à la Terre toutes ces émotions qui vous tirent vers le bas : tristesse, honte, deuil, frustration, colères, impatiences. Sans racines elles restent dans votre corps et vont s’accumuler au fil du temps pour venir créer de réelles tensions et douleurs physiques et vous rendre émotionnellement fragiles. La Terre accepte tout : elle prend ces émotions, les digère, les composte, et vous renvoie par vos racine plein de force, d’amour et de soutien pour vous aider à faire face et à transformer votre vie pour qu’elle soit pleine de joie et de positif.

Comment s’ancrer ?

Beaucoup de pratiques permettent de s’ancrer.

Avec le Tai Qi et le Qi Gong on travaille grâce à des postures et mouvements sur l’échange d’énergie entre la Terre et le corps humain – l’énergie prise par les pieds circule grâce aux méridiens dans chaque partie du corps pour favoriser le mouvement et le centrage. En Yoga on peut se focaliser sur sur le chakra « racine » Muladhara “Je suis” qui nous raccroche à la Terre et vient travailler sur les aspects très concrets comme le travail, l’argent, la survie, la sécurité physique, la volonté et la vitalité. (3)

Aller de façon régulière dans la Nature reste une des méthodes les plus faciles à appliquer. Une fois dans la forêt ou dans un parc, soyez-y à 100%. Ne pensez pas à après, à demain, restez dans l’instant présent : regardez autour de vous, admirez la beauté, respirez à plein poumons. Si cela est possible, marchez pieds-nus dans l’herbe et ressentez cette force sous vos pieds. Allez lire un livre sous un arbre et appuyez-vous sur lui ou mieux encore allez enlacer un arbre. Avec de l’entrainement on commence à ressentir la vie à l’intérieur de celui-ci et surtout sa force immense qu’il accepte de partager avec nous !

Comme nous n’avons pas tous l’opportunité d’aller dans la Nature au quotidien, des exercices de visualisation peuvent nous aider, comme celui ci-dessous:

« Mettez-vous dans une position confortable, debout ou assis sur une chaise avec les pieds au sol. Fermez les yeux et faites quelques grandes inspirations et expirations par le nez. L’air descend jusque dans votre ventre. Visualisez une lumière venant du ciel et entrant par le sommet de votre crane. La lumière peut être de la couleur que vous le souhaitez, et cette couleur peut varier selon les jours !
Voyez ensuite cette lumière remplir chaque partie de votre corps, descendant dans votre crane, votre visage, cou, votre colonne, vos organes, vos jambes, passant dans chacun des centres énergétiques que l’on appelle chakras.
Selon les besoins, cette lumière peut s’attarder sur certains endroits. Cette lumière, après avoir nettoyé tout votre corps de son énergie négative, ressort par le milieu de vos pieds et va s’enfoncer dans le sol par des racines. Ces racines sont les vôtres ; elles sont solides et s’enfoncent profondément jusqu’au centre de la Terre. Vous pouvez y évacuer tous les tracas du moment, les émotions négatives qui vous tirent vers le bas.
Ensuite, vous pouvez grâce à ces racines, prendre ce que vous souhaitez de la Terre : force, courage, amour, bienveillance, pour vous aider dans votre journé e! »

Personnellement je la fais tous les matins lorsque je pose mes pieds sur le sol en sortant du lit.

Certains cristaux aident également à l’ancrage lorsque portés sur soi : Agate noire, Cristal fumé, Galène, Graphite, Magnétite, Obsidienne noire, Oeil de fer, Onyx noir, Quartz à inclusions de tourmaline noire, Tourmaline noire.

L’ancrage – ou enracinement – peut donc vraiment vous venir en aide au quotidien alors ne le négligez pas !
Et vous, comment vous ancrez-vous ?

———–

Liens :
(1) http://www.lemonde.fr/m-perso/article/2018/04/22/le-bain-de-foret-comme-therapie_5288892_4497916.html
(2) https://www.france-mineraux.fr/lithotherapie/pierres-et-chakras/pierres-chakra-racine-muladhara/

Pour aller plus loin: Livre sur l’ancrage assez petit et très simple à lire : L’ancrage énergétique : Retrouvez la force en vous ! de Mary Laure Teyssedre

Photos:
Photo de couverture:  Irene Dávila sur le site Unsplash
Photo dans l’article:  Jeremy Bishop sur le site Unsplash

En l’espace de quelques jours j’ai reçu deux critiques ou attaques mi-professionnelles mi-personnelles – car il est difficile de séparer les deux quand on est thérapeute! Le but ici n’est pas de rentrer dans les détails de ce qui m’a été dit mais plutôt de vous partager mes ressentis et ma réponse car je suis sure que vous avez ou ferez un jour aussi l’objet de critiques injustes!

Qu’on soit bien d’accord, je suis toujours ouverte aux critiques – elles ne sont jamais super agréables à recevoir, notre ego a tout de suite tendance à se braquer et à vouloir crier au scandale! Mais sans critique constructive on ne peut pas vraiment progresser en tant qu’être humain. Et la différence est bien là, dans le mot « constructive »!

Selon moi ces deux mots ne devraient pas aller ensemble car la définition de la critique est la suivante « Porter sur quelqu’un ou quelque chose un jugement défavorable en en faisant ressortir les défauts, les erreurs, etc. » (Larousse). Pour être constructif, il faudrait selon moi qu’il n’y ai pas de jugement porté, juste un avis (subjectif et/ou objectif) et des arguments. Mais ne nous éloignons pas du sujet!

Les critiques qui m’ont été faites mettent en cause ma bonne foi et mon investissement pour les personnes qui viennent me voir. Et c’est là où ça a touché une corde sensible! Ceux qui m’ont rencontré et sont venus en séance savent que je ne regarde pas ma montre, que je m’investis beaucoup (peut-être même trop), que je m’adapte lorsqu’ils ont des difficultés financières, et que je me soucie sincèrement pour eux pendant et après les séances. Du coup ça a tout de suite fait naître en moi un sentiment d’injustice incroyable – avec le cœur qui bat la chamade, froid partout dans le dos et une rage qui bouillait dans le ventre. Je suppose que ce sentiment vous est familier et que vous aussi vous avez un jour fait face à une accusation ou une injustice qui vous a pris au tripes.

Pour autant, au lieu de m’insurger et de laisser ma déception et ma colère faire surface, j’ai pris des grandes inspirations et je me suis posée pour analyser la situation. Je suis toujours prête à admettre mes tors, je n’ai pas d’honneur particulier à sauver. Sauf qu’ici je savais que je n’avais rien fait de mal et que c’était profondément injuste. Les raisons potentielles de leur critiques étaient donc les suivantes:

  1. Ces personnes sont en souffrance et n’ont pas encore trouvé de pratiques/personnes pour les aider à les soulager;
  2. Ces personnes sont en difficultés financières et ne peuvent généralement pas profiter de ce type de services (les prix pratiqués dans les médecines alternatives  les rendent souvent élitistes);
  3. Ces personnes ont en elles une colère insatiable, qu’elles tournent vers tout autre individu peut importe la situation;
  4. Ces personnes ont porté un jugement hâtif à cause d’expériences précédentes sans avoir toutes les informations nécessaires.

Faire ce travail m’a apaisé car peu importe la situation dans laquelle elles étaient, j’ai pu réaliser une chose: elles ne m’attaquaient pas personnellement. Elles attaquaient ce que je représentais (une thérapeute de médecine alternative) ou bien c’était leurs blessures qui parlaient. Et ça fait une différence énorme, non pas sur la forme car c’est toujours désagréable à recevoir, mais sur le fond car elles ne souhaitaient pas réellement m’attaquer. J’ai donc pu répondre à leurs attaques de façon bienveillante et réfléchie sans m’embarquer dans des débats sans fonds qui n’auraient abouti à rien du tout.

Les gens portent des jugements ou critiquent forcément en fonction d’une expérience passée ou d’une blessure (faite par vous ou non d’ailleurs). Plutôt que de nous offusquer directement et de laisser notre ego sortir au galop, il est toujours bénéfique de prendre du recul et de faire une pause pour comprendre d’où viennent réellement leurs plaintes. Vous arriverez ainsi à désamorcer une potentielle situation conflictuelle et vous éviterez en même temps de ruminer pendant des heures (ce qui, nous sommes tous d’accord là-dessus, est un sentiment vraiment désagréable!).

La dernière chose que ces événements m’ont fait réaliser: pendant quelques instants je me suis quand même remise en question: « pourrais-tu faire encore plus pour tes patients? ». Et mon cœur de répondre: « non, tu fais déjà de ton mieux, tu te donnes à ton maximum de façon honnête et sincère. » « Tu en fais assez. Tu ES assez »!

Et vous, avez-vous déjà fait face à de telles situations? Comment avez-vous réagi?

Très belle journée à vous ❤

Doriane

PS: Pour ceux qui l’auront remarqué, cet article illustre l’Accord Toltèque n°2 de Don Miguel Ruiz (Les Quatre Accords Toltèques) – Livre CULTE que je vous conseille: 

« N’en faites pas une affaire personnelle: Ce que les autres disent ou font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisés contre ça vous n’êtes plus victimes de souffrances inutiles ». 

Les lieux dans lesquels nous nous rendons de façon quotidienne ou occasionnelle ont un impact sur notre énergie. En effet, les lieux sont emprunts des événements qui ont eu lieu en leur sein au fil du temps, des énergies personnes qui y résident/passent, ainsi que des objets qui s’y trouvent. Certains lieux ont une énergie assez négative avec une fréquence vibrationnelle basse ; vous vous sentirez donc fatigués, drainés lorsque nous y sommes, avec parfois des émotions négatives qui remontent ainsi qu’un mal de tête. A contrario, certains lieux rayonnent et nous nous y sentons alors bien, apaisés, rassurés.

Cela se transpose bien évidemment aux humains : avez-vous déjà repéré l’impact que pouvaient avoir certaines personnes sur votre énergie ?!

Des personnes négatives, malades, dépressives, en colère, stressées, vont inconsciemment soit nous prendre de l’énergie (sensation d’être vidé(e) après avoir été en leur compagnie), soit nous envoyer de leur énergie (vous porterez avec eux le poids de leur énergie – négativité, tristesse, etc.). Certaines personnes peuvent avoir un impact important sur nous, en utilisant leur énergie mais également la psychologie. Ils captent en nous ce qui nous fait peur ainsi que nos points « faibles » et les utilisent à leur avantage. Personne n’est à l’abris de rencontrer ce type de personnes, peu importe si vous vous percevez comme quelqu’un de « fort » ! J’ai réalisé avec le temps que ces personnes là étaient en fait là pour nous faire travailler sur nous-même. Mais ne nous égarons pas ! Au quotidien il est primordial de pouvoir être affecté le moins possible par les énergies négatives des autres.

Alors, comment s’en protéger au mieux ?!

Vous aimez les huiles essentielles ?

Alors vous allez vous régaler car elles sont une grande source de protection !

Les huiles essentielles peuvent être très puissantes quand bien utilisées. Comme elles sont très concentrées en actifs, il ne faut pas les prendre à la légère. Les huiles sont trop souvent brûlées lorsqu’utilisées avec un diffuseur à bougie – à proscrire donc !

Je vous invite à aller voir la super vidéo de La Compagnie des sens ici qui parle des différents diffuseurs et vous aide à choisir lequel est le plus adapté à vos besoins: https://www.youtube.com/watch?v=R9PLL4D0-rM

Pour ce qui est d’être protégé le long de la journée, il existe des colliers diffuseurs d’huiles essentielles. Je n’en ai jamais essayé moi-même mais j’en ai entendu du bien! Je privilégie les sprays de protection ou bien les cristaux au quotidien (article à suivre!)

Revenons aux huiles essentielles : voici une liste non exhaustive des huiles qui peuvent être utiles lorsque vous ressentez le besoin de vous protéger. [1][2]

    • Le Basilic sacré : il est sacré dans de nombreux pays et est connu pour ses propriétés protectrices, notamment lorsqu’on se retrouve dans des lieux publics ou très fréquentés.
    • Le Bois de cèdre : cet arbre majestueux nous vient en aide lorsque l’on fait face à des attaques d’énergie négatives.
    • Le Cyprès : cette huile purifie les énergies environnantes et augmente votre taux vibratoire. Vous vous sentirez plus ancré et en sécurité.
    • L’Encens : on les trouve également sous la forme d’huile essentielle ; les propriétés diffèrent selon les encens. Des encens d’acacia, d’ambre, benjoin, camphre, cèdre, aideront en revanche à purifier votre lieu tout en ayant d’autres propriétés (apaisement, guérison, etc.). Un autre article sera consacré aux encens !
    • Le Genévrier : il vient contrer la négativité dans un environnement et provenant d’autres personnes.
    • La Lavande : elle est utilisée pour nettoyer les énergies bloquées dans un lieu et neutralise les fréquences négatives, par exemple lors d’un rituel de nettoyage énergétique. Elle a de grandes propriétés relaxantes et peut donc être utilisée lors de séances de médecines douces, massages, mais également dans une chambre à coucher.
    • La Menthe poivrée : son pouvoir astringent aide à nettoyer les tensions, la frustration, la négativité.
    • La Myrrhe: elle purifie l’environnement.
    • Le Pin noir : connu pour ses propriétés purifiantes pour le corps et l’esprit.
    • La Rose de Damas: cette huile est considérée comme la reine des huiles puisqu’elle possède la plus haute fréquence vibratoire. Elle aidera donc à faire remonter votre niveau énergétique et à vous protéger. De plus, elle aide à diminuer toutes les peurs puisqu’elle est liée à l’énergie d’amour qui est extrêmement protectrice. Je la sur-valide ; elle est présente dans le spray que j’utilise (Psychic protection de Findhorn et je me sens immédiatement mieux.). Elle reste très rare et chère, mais elle en vaut la peine.
    • Le Vétiver : connu traditionnellement pour sa protection et souvent utilisé lors de cérémonies d’exorcismes d’entités négatives.

Je vous conseille vraiment d’acheter vos huiles essentielles en Bio et je vous recommande chaudement La Compagnie des Sens pour faire vos emplettes  – une entreprise lyonnaise qui valorise les produits de qualité et surtout qui est fondée sur une base humaine et sociale. Le site ici : https://www.compagnie-des-sens.fr/

Protégez vous bien!

Doriane

Liens:

[1] https://essentialaromatherapy.me/2013/06/27/essential-oils-for-clearing-negative-energy-around-you/

[2] http://www.biosourcenaturals.com/essential-oils-blends/essential-oils-blends-descriptions/essential-oil-protection/

Crédit image:
Rose de damas: http://www.doctissimo.fr/sante/aromatherapie/guide-huiles-essentielles/huile-essentielle-de-rose-de-damas

Voici un vaste sujet auquel je m’attaque – l’Ego ! Tellement vaste qu’un article ne suffira pas pour le traiter dans son ensemble. Dans cet article, je traiterai principalement des questions suivants:

Qu’est-ce que l’Ego? Comment naît-il? De quoi se nourrit-il?

Commençons par le commencement:

Ego : non masculin invariable
« Nom donné au moi conçu comme « sujet personnel » (Larousse)
« Le sujet, le « je » pensant », « le Moi » (Reverso)
« L’ego désigne le moi, c’est-à-dire la représentation et la conscience que tout individu a de lui-même. » (Linternaute).

Il semblerait donc que l’ego soit en fait nous-même. Il ne peut donc être que positif puisqu’il est nous !

Et si je vous disais qu’en fait votre ego ne travaille pas en votre faveur et même au contraire vous empêche d’atteindre qui vous êtes vraiment et la vie que vous souhaitez, vous en pensez quoi ? Vous auriez donc en vous quelque chose qui ne vous veut pas du bien ?

Étrange tout ça …

Rendons ça un peu plus clair. Pour ce faire j’utiliserai comme base des références au livre « Nouvelle Terre », un bijou d’Eckhart Tolle (aussi auteur de « Le pouvoir du moment présent »).

Ce qu’on appelle « l’Ego » en développement personnel ainsi qu’en spiritualité, est la voix qu’il y a dans notre tête à longueur de journées. Un peu comme notre « démon », cette voix n’apparaît que pour nous faire douter, nous déprécier, nous rappeler des souvenirs négatifs. Bref, elle ne nous aide vraiment pas à être la meilleure version de nous-même. Si cela peut vous aider, vous pouvez aussi remplacer le mot « ego » par « mental ».

  1. L’ego existe car on s’identifie à lui

« Ceci ne veut pas dire, bien entendu, que toutes les pensées et toutes les émotions sont le fruit de l’ego. Celles-ci deviennent ego seulement lorsque vous vous identifiez à elles et qu’elles prennent totalement possession de vous, c’est-à-dire lorsqu’elles deviennent le « je ». »

Ce qui rend l’ego si puissant, c’est qu’on lui donne de l’importance. Je vous donne un exemple, simplifié certes, mais bien réel :

  • « J’ai un entretien d’embauche demain. Ça me stress quand même, ça fait si longtemps que je cherche un emploi. Et si je ne l’obtiens pas, me voilà reparti pour des recherches. En plus je suis sous-qualifié par rapport à ce qu’ils recherchent, ils ne vont surement pas me prendre. Clairement je ne suis pas capable de faire certaines des tâches demandées. Et si je ne me réveillais pas à tant ? Et si je ratais mon train ? » Ici, l’ego a gagné car vous vous êtes identifié à la peur et l’avez laissée vous dominer. Essayons encore.
  • « J’ai un entretien d’embauche demain. Ça me stress quand même. C’est normal d’avoir un peu d’anxiété après tout, mais je me suis préparé, je donnerai mon maximum et on verra bien ce que ça donne.  (Grande respiration) ». Ici, vous avez gagné !

Bien évidemment, il n’est pas toujours facile de reprendre le dessus lorsqu’on ressent une peur, mais plus on prend l’habitude de le faire, plus cela devient facile. Promis.

Le message à en tirer est le suivant : vous n’êtes pas les voix dans votre tête, vous pouvez et devez les vaincre pour être enfin vous-même !

C’est ce que la méditation promeut ; le but de la méditation n’est pas de ne plus penser, c’est d’accepter la pensée qui vient, mais de ne pas s’accrocher à elle et de la laisser partir. C’est pourquoi une pratique régulière de la méditation permet d’aider à limiter le pouvoir de l’ego. 

  1. L’ego se nourrit des peurs

« La peur de n’être personne, la peur de ne pas exister, la peur de mourir. Toutes les activités de l’ego cherchent au bout du compte à éliminer cette peur ».

L’Ego existe car nous avons des peurs profondes, il s’en nourrit et par la même occasion leur donne plus de place. De façon générale si vous observez les voix dans votre tête, vous verrez qu’elles sont tout le temps là à venir appuyer sur une peur en particulier.

  • Vous vous sentez mal dès qu’on vous fait une critique, même constructive, au point de ressasser et d’en vouloir à l’autre personne ? La critique réveille la peur de ne pas être assez bien, et peut-être également des souvenirs où vous avez reçu des critiques sans justifications (et donc une injustice).
  • Vous restez dans une relation amoureuse alors qu’elle ne vous épanouit pas, et vous passez votre temps à trouver des excuses ? La peur d’être seul, de ne pas être aimé(e), d’avoir à recommencer à zéro, nous fait agir de façon parfois irrationnelle et destructrice SLXL ​​

L’ego passe également son temps à vous faire vous comparer aux autres. Il a plus, j’ai moins, ils sont plus heureux, ma situation est pire, etc. La comparaison de l’ego (a contrario de la comparaison objective d’une situation) est malsaine. Pourquoi ? Car si vous êtes mieux loti sur un point particulier, vous serez surement en situation inférieure sur un autre point et une souffrance naîtra de cette situation. La satisfaction d’être au-dessus des autres est temporaire et vous entraîne à agir pour le rester toujours peu importe le prix à payer.

  1. L’ego existe lorsqu’on n’est pas dans le moment présent

« L’ego a trois façons de traiter le moment présent : comme un moyen pour arriver à une fin, comme un obstacle ou comme un ennemi. »

Si vous arriviez à vivre dans l’instant présent, alors l’ego n’aura plus grand-chose auquel se raccrocher ! En effet, l’ego se base souvent sur les douleurs du passé ou les impatiences et les anxiétés du futur.

L’Ego utilise le présent comme un moyen pour arriver à une fin, dans le sens où tout ce que vous faites dans le présent est fait uniquement avec un but précis pour obtenir quelque chose dans le futur.

Par exemple je ne vais au travail que pour gagner de l’argent pour pouvoir vivre ; conséquence :

          (1) même si je n’aime pas mon travail je reste pour la stabilité financière ;

      (2) j’accepte d’être stressé(e) car ça en vaut la peine, je pourrai profiter de la vie pendant mes vacances.

Dans ce cas précis, vous acceptez un présent qui ne vous épanouit pas, qui vous nuit à vous et à vos proches, pour un futur plus agréable (les vacances, le nouvel Iphone..).

L’ego utilise cette situation à plusieurs niveaux : il vous donne le droit d’être de mauvaise humeur car vous êtes stressé, il déforme les priorités (le travail se retrouve au dessus de votre bien-être profond) et vous emprisonne dans une spirale de victimisation (je suis obligé(e) de rester tard le soir, on m’impose trop de travail). Bien sûr il est nécessaire d’avoir un revenu afin de pouvoir vivre dignement dans notre société, mais il est malgré tout important de veiller à ce que ce travail ne soit pas un obstacle à notre bonheur plutôt qu’un moyen d’y arriver.

Dès que vous vivez dans le passé ou le futur, l’ego va venir voue polluer d’émotions négatives.

– Un passé douloureux = l’ego l’utilise pour vous laisser vous morfondre encore et encore sur la douleur que vous rappelle un événement passé.

– Un futur qui s’annonce difficile = l’ego ne va cesser de vous rappeler à quel point cela va être difficile et vous n’arrivez pas à penser à autre chose (le classique blues du dimanche qui vous rappelle que la semaine qui arrive va être horrible et qui empêche de profiter de cette dernière soirée de week-end!)

– Cela est valable pour un passé positif (de belles vacances qui rendent le retour bien difficile) ou un futur positif (vivement que j’aie ça, je serai mieux avec !).

                                                            ———————————————————–

C’est ici que je vais vous laisser digérer toutes ces informations. Comme vous pouvez le voir, le sujet de l’ego est à la fois un peu effrayant (pourquoi ais-je dans ma tête des voix qui me desservent?!) et fascinant (puisqu’on peut s’en libérer!).

Les prochains articles expliqueront pourquoi il faut se débarrasser de l’ego et comment le faire, afin de pouvoir retrouver qui vous êtes vraiment, mais aussi de façon plus large opérer un changement de société réel et durable. Arrivez-vous à imaginer une société qui ne fonctionnerait pas sur l’ego?!

D’ici-là, je vous encourage à compter combien de fois par jour votre ego se met en marche.. 100? 50? 20? 0 … 🙂

Bonne semaine!

Doriane

En fouillant dans des vieilles photos, je suis tombée sur quelques bonnes perles, notamment de mes parents lorsqu’ils étaient plus jeunes. Alors sur le coup on en rigole, on se moque un peu (le look des années 80 à 2000 est … comment dire … ! ), puis on réalise surtout à quel point on est content d’avoir ces photos pour connaître un peu plus qui ont été nos parents. C’est souvent difficile de voir nos parents comme autre chose que nos parents; pourtant ils ont bien eu une vie avant nous. Je ne sais pas vous, mais moi dès que je peux obtenir une bribe de souvenir, que quelqu’un raconte une anecdote, je suis super excitée !

Je souhaite réellement savoir qui ils étaient, quelle(s) vie(s) ils ont eue(s), car après tout ils nous ont fait alors leur histoire est aussi un peu la nôtre. Cela va bien plus loin qu’une ressemblance physique (t’as les yeux de ton père, bla bla !) puisqu’on retrouve souvent des façons d’agir et de penser qui se reconnaissent sur diverses générations. Il paraîtrait que j’éternue aussi fort que mon arrière-grand-père, c’est pour dire :-D. Ici je parle des parents en particulier, mais cela est bien sûr valable pour toute la famille.

Ce dont on parle moins, c’est le patrimoine historique et émotionnel qui est également transmis aux enfants par leurs parents, qui eux même l’ont reçu de leurs parents, etc. Un trauma vécu par l’un des parents peut-il se transmettre à leur enfant ? Je peux affirmer que oui, au vu des nombreux cas intéressants que j’ai pu rencontrer lors de séances de Reiki.

Par exemple, il m’arrive souvent de trouver des blocages au niveau du bas ventre chez des personnes qui, après discussion, arrivent à savoir que leur maman a vécu un stress important durant sa grossesse, ou bien a eu une fausse couche ou un avortement avant eux.

On retrouve également un poids au niveau des poumons (organe en lien avec le deuil et la tristesse en médecine chinoise) chez des personnes qui n’ont pas vécu de deuil elle-même mais qui en revanche ont des parents qui ne se sont jamais vraiment remis d’un décès. Des études vont d’ailleurs dans ce sens également. [1]

Je suis pour le fait de se concentrer sur le futur et sur ce qui est positif dans sa vie, mais très souvent il est nécessaire de se libérer de choses du passé afin de pouvoir avancer en paix.

L’étude du transgénérationnel est fascinante et de nombreux chercheurs travaillent dessus à plusieurs niveaux. Ils se concentrent sur ce qu’on appelle « l’hérédité épigénétique » qui part du principe que notre environnement peut provoquer une modification de l’expression de nos gènes. Ces modifications sont transmissibles aux enfants et sont réversibles (ils peuvent donc la modifier), sans que cela n’ait d’impact sur la séquence d’ADN. D’autres études montrent que notre état de stress perturbe notre ADN et le fait vieillir de façon précoce. [1]

En gros, ce que vivent nos parents peut modifier une partie de qui ils sont, et cela peut se transmettre à leur enfant.

Je ne rentre pas plus dans les détails techniques, je vous ai mis un lien à la fin pour ceux que ça intéresse ! [2]

ADN

Voici quelques exemples d’études scientifiques en la matière :

  • Des chercheurs ont associé une odeur (ici la fleur de cerisier) à quelque chose de douloureux (stimuli physique) chez une population de souris. Ils se sont aperçus que leur descendance était alors plus sensible à cette odeur-là, la rejetait et la craignait. Il semblerait donc que les parents aient transmis à leurs petits une information afin que ces derniers se protègent d’un potentiel danger physique (l’odeur). [3]
    (N.B. Je suis contre les expérimentations animales ; il y a selon moi de nombreuses façons d’étudier cela chez les hommes sans avoir recours à la torture d’animaux sans défense… !)
  • Changements génétiques dus à des traumatismes : [4] [5]
    • La chercheuse Rachel Yehuda a fait de nombreuses découvertes à ce sujet. Par exemple, elle observe que les descendants de personnes juives ayant subis des traumatismes directs durant la période nazie présentent plus de risques de développer une dépression ou un syndrome de stress post-traumatique (SSPT). L’étude s’est concentrée sur une observation du gène associé à la régulation des hormones du stress, sur lequel on retrouve les même balises épigénétiques sur les survivants et leur descendance (a contrario des personnes juives n’ayant pas été directement impactées puisque vivant à l’étranger durant cette période).
    • Mme Yahuda s’est également aperçu que les femmes enceintes au moment de l’effondrement du World Trade center et souffrant de SSPT ont un taux d’hormone du stress (cortisol) faible, montrant un dérèglement du circuit physiologique classique. Un an plus tard, elle observe que les enfants de ces femmes présentent eux aussi un taux de cortisol bas. L’environnement stressant des femmes a donc modifié l’expression « normale » d’une hormone et cette modification a été transmise à leur descendance. De plus, il semblerait que ces modifications génétiques puissent se transmettre jusqu’à deux générations plus tard. [1]

Cela est bien sûr encore controversé car une majorité de scientifiques pense que les gènes de l’ADN sont les seuls à pouvoir transmettre des informations biologiques de façon transgénérationnelle. Les études à venir permettront sans doute de montrer davantage que notre façon de vivre et les traumas vécus se transmettent aux générations futures, comme c’est le cas des études que j’ai citées précédemment.

Ce sujet est vraiment passionnant et ses applications multiples. J’espère que cet article vous aura donné envie d’en savoir plus et surtout vous aura peut-être fait réfléchir aux choses que vous portez en vous qui ne vous appartiennent peut-être pas totalement.

Ne serait-il pas temps de vous en libérer ?!

Très belle journée !

Doriane

Sources:

[1] https://www.conscience-et-eveil-spirituel.com//humeurs-modifient-notre-adn.html 
[2] https://www.inserm.fr/thematiques/genetique-genomique-et-bioinformatique/dossiers-d-information/epigenetique  
[3] https://www.sciencesetavenir.fr/fondamental/biologie-cellulaire/la-memoire-du-danger-transmise-a-la-descendance-chez-les-souris_26649
[4] https://www.i24news.tv/fr/actu/international/82960-150822-le-traumatisme-de-la-shoah-serait-transgenerationnel-etude-genetique
[5] http://www.lemonde.fr/sciences/article/2014/06/23/la-shoah-un-traumatismehereditaire_4443865_1650684.html

Il y a quelques semaines j’étais à la librairie pour acheter des livres de développement personnel – j’ai déjà une liste de livre à lire super grande, mais je trouve toujours de petites merveilles !

Et là, que vois-je : « Agir et Penser comme un chat », de Stéphane Garnier.

Le livre fait pour moi !

18721295_10155325612304561_1850172187_o

Ma minette qui se marre bien en lisant le livre!

Si vous êtes venu(e)s pour une séance de Reiki, vous avez sûrement rencontré mon chat, une adorable minette de 3 ans que j’ai recueillie à la SPA en novembre. En plus d’être un compagnon de vie hors pair, elle m’aide également dans mon travail énergétique – les chats étant particulièrement sensibles aux énergies des gens.

Ce livre, en plus d’être vraiment mignon et facile à lire, met en lumière la sagesse des chats ; sagesse que nous devrions mettre en œuvre au quotidien ! Je ne souhaite pas vous gâcher la surprise si vous souhaitez l’acheter, mais voici quelques exemples tirés du livre:

  1. Le chat s’accepte tel qu’il est, le chat s’aime : Alors que nous souhaitons trop souvent être quelqu’un d’autre, avoir un physique différent, une famille différente, le chat se pose-t-il cette question ? Le chat désire-t-il être un autre chat ou un autre animal ? A l’évidence cette question ne lui traverse même pas l’esprit car elle est parfaitement inutile. Il est heureux et fier de ce qu’il est, et son attitude, presque hautaine ne fait que le confirmer ! Pour être aimé, il faut commencer par s’accepter et s’aimer soi-même.
  2. Le chat est au centre de toutes les attentions : Passant des genoux de l’un à ceux de l’autre, minaudant, il aime être le centre de l’attention. Et pour cela, que fait-il ? Réclame-t-il ? Miaule-t-il ? Il se contente de venir vers vous à pas de loup, en clignant des yeux lentement. Qu’a-t-il fait pour être le centre de toutes les attentions? Il a simplement donné par sa manière d’être ! Pour capter l’attention, soyez une source, un centre de gravité pour vos proches. Donnez !
  3. Le chat est hermétique au jugement : Les chats se moquent éperdument du fait ou non d’être appréciés. Ce besoin d’être aimé, apprécié, admiré, le chat n’en a que faire : il est ! Peu importe s’il est à l’état sauvage ou domestiqué, le chat n’adopte jamais l’attitude de l’un de ses congénères. Il reste tel qu’il est ! Affranchissez-vous du regard des autres, restez vous-même !
  4. Le chat est curieux par nature : le chat ne se jette pas sur n’importe quelle nouveauté, il avance prudemment sans quitter du regard le nouveau sac ou le nouveau carton, le sent, l’observe, se frotte à lui. Soyez curieux de tout, émerveillez-vous !
  5. Secret de chat : vous croyez que votre chat est fainéant et passe son temps à dormir ? Et s’il faisait ça pour se régénérer après vous avoir aidé à enlever tous les soucis et mauvaises ondes que vous avez ramené de votre journée de travail ? Ne vous sentez-vous pas directement mieux quand vous caressez votre chat et qu’il vient se poser sur vos genoux?

Ce livre vous réchauffera le cœur et vous fera encore plus aimer les petites bêtes à poil ! Il apporte une sagesse particulière : celle du pouvoir des animaux. Ces derniers sont, depuis la nuit des temps, observés et vénérés par les peuples autochtones. Nous avons malheureusement perdu notre lien à la Nature et aux animaux et pensons encore trop souvent avec arrogance que nous vallons plus qu’eux et que nous pouvons les utiliser pour notre propre divertissement ou plaisir. Pourtant ils nous fascinent, n’est-ce pas ? N’oublions pas qu’ils étaient là avant nous et qu’ils font partie intégrante de notre écosystème; alors respectons-les comme nos semblables.

Retrouvez le chat qui est en vous !

Doriane

Crédit image: ma minette d’amour!

« La vie est incertaine, mange le dessert en premier »

Ce​ petit message, brodé sur un oreiller trouvé chez un antiquaire dans le sud des Etats-Unis m’a tout de suite plu. En plus d’avoir un chat dessus (oui, ceux qui me connaissent savent que j’ai un faible pour ces petites bêtes), il véhicule un message pas si anodin. Sous ses airs de phrase de gros gourmand, ces quelques mots font passer des messages plus profonds :

Vivez maintenant, n’attendez pas demain, ni d’être à la retraite pour profiter !

Plutôt que d’attendre d’avoir le droit de manger un dessert à la fin du repas, si vous en voulez un tout de suite, alors pourquoi se priver ? Non je ne promeus pas une vie de décadence sucrée (après tout un fruit est un dessert aussi!). Je rencontre juste beaucoup de personnes qui acceptent d’avoir une vie difficile, de travailler dur et de longues heures, et qui commencent à passer de bons moments uniquement une fois sorties du travail ou en vacances.

« Quand j’aurai XX je serai heureux », « Quand je serai à la retraite j’aurai du temps pour XX »

Quel dommage !

Bien sûr il faut parfois savoir être patient pour obtenir ce qu’on souhaite, et les situations financières et familiales viennent parfois nous mettre des bâtons dans les roues. C’est pourquoi je mets cet oreiller bien en vue pour me faire une piqûre de rappel au quotidien.

La vie, c’est maintenant et ici, ça n’est pas dans le passé, ni dans le futur.

Cela ne veut pas dire qu’on n’a pas le droit de planifier de chouettes vacances, ni d’être impatient d’un événement en particulier. Cela veut dire que malgré notre engouement pour ce qui est arrivé et ce qui va arriver, nous apprécions toujours ce que nous vivons aujourd’hui. Et si nous ne l’apprécions pas, il ne tient qu’à nous de nous poser et de réfléchir à ce qui ne fonctionne pas, à ce que nous aimerions changer, et d’établir un plan d’action pour atteindre une vie qui nous épanouira.

Oui la vie est incertaine, oui il y a des imprévus, des moments difficiles, des choses qui sont hors de notre contrôle. Par contre ce qui est de notre ressort, c’est notre façon de réagir face à tout cela : accepter qu’on ne puisse parfois pas y arriver seul, se faire aider, chercher d’autres alternatives, crier ou pleurer un bon coup pour évacuer. Lorsque l’on arrive à accepter le fait que la vie est une succession d’événements qui nous permettent d’apprendre et de grandir, on cesse de lutter pour se laisser porter par le courant. Nager à contre-courant ou vous débattre ne fera que vous épuiser sur le long terme !

J’ai même envie de rajouter : Oui la vie est incertaine, alors profitons de chaque moment, créons du positif et n’acceptons pas de rester dans des émotions négatives trop longtemps, car il est impossible de savoir de quoi sera fait demain !

Savourez chaque instant, et continuez de créer un peu de magie et de beauté dans votre vie : regardez les nuages et leurs formes parfois si réalistes, fermez les yeux lorsque vous mangez cette part de gâteau au chocolat pour la savourer jusqu’à la dernière miette, arrêtez-vous pour sentir le parfum des fleurs sur votre chemin, faites des compliments aux gens que vous croisez (n’oubliez pas de vous en faire en vous regardant dans le miroir !).

N’attendez plus, mangez votre dessert maintenant !

Doriane

Lors de mes séances de reiki, mais également socialement, je rencontre de plus en plus de personnes qui se demandent pourquoi elles sont là, sur Terre. Pour être plus juste, elles ne savent souvent même pas qu’elles se posent cette question mais en souffrent intérieurement. C’est souvent lors de thérapies, comme le Reiki, qui permettent d’enlever les blocages énergétiques, que cette vérité ressort. Cela peut bien sûr arriver d’une autre façon, dès lors qu’un événement nous amène à une introspection profonde.

A toutes celles et ceux qui se demandent leur but sur Terre, qui sont en lutte permanente contre leur famille, la société, qui ne comprennent pas pourquoi les choses se passent comme ça, qui ne se sentent pas à leur place, qui ne supportent pas leur corps, qui se disent des phrases telles que « mais je n’ai jamais demandé à être ici », « je ne pensais pas que ça serait si dur », « on m’a menti » … sachez que vous n’êtes pas seuls (et loin de là) !

C’est parfois un moment très émouvant de réaliser tout cela, comme si on mettait enfin des mots sur ce qu’on avait toujours ressenti, sans trop savoir ce que c’était.

« Les deux jours les plus importants de votre vie sont le jour de votre naissance et le jour où vous découvrez pourquoi vous êtes né. »  Mark Twain

Je vais tenter dans cet article de vous éclairer sur les raisons de ces sentiments, mais aussi de vous donner plus d’informations sur le sujet. Je base mes mots sur mes propres expériences, mes lectures ainsi que mes ressentis lors de séances de Reiki avec ces personnes-là. Rien de tout cela n’est explicable scientifiquement, avec des preuves matérielles. Toutes les personnes concernées n’en ont de toute façon pas besoin puisqu’en lisant ces mots elles se reconnaîtront immédiatement (que ce soit dans tout ou partie de ce qui suit – chaque personne vient avec sa propre histoire !) et ressentiront en elle un profond sentiment de vérité.

Je pense sincèrement qu’on est tous sur Terre pour améliorer la situation actuelle ; seulement beaucoup d’entre nous ont oublié ce but, se sont laissés embarquer dans leur colère, dans cette société qui nous déconnecte de nous-même et de la nature.

  1. « Qui suis-je ? » – Vous faites partie de ce qu’on appelle « travailleur de la lumière, enfant du nouveau monde, enfant indigo, cristal, arc-en-ciel ».

Puisqu’on est dans une société dans laquelle on essaie de mettre des mots sur tout ce qui existe, voici ceux qui sont utilisés pour vous qualifier : « travailleur de la lumière, enfant du nouveau monde, enfant indigo, cristal, arc-en-ciel ». (Enfant étant entendu comme enfant intérieur, même à l’âge adulte vous en faites partie !) Vous êtes pluriel(le)s, c’est pourquoi je donne ci-dessous beaucoup d’exemples – certains vous parleront surement, d’autres moins, et c’est tout à fait normal!

  • Vous êtes quelqu’un de sensible, émotif, qui ressent la douleur d’autrui, avec une envie d’aider les autres, vous ne pouvez pas vous en empêcher. Vous avez peut-être dès votre plus jeune âge vu des choses inexplicables, des gens « inexistants » ici ou là, des anges, avez eu des amis imaginaires ; vous vous rappeliez de certaines de vos vies antérieures (il y a de plus en plus de récits d’enfants décrivant très précisément leurs vies antérieures). Même sans avoir eu ces échanges avec des mondes différents, vous vous êtes toujours senti(e) comme extra-terrestre et différent.
  • On vous a peut-être qualifié(e) également d’hyperactif/ve, il vous était impossible de rester assis en cours, avec un sentiment que l’apprentissage ne se joue pas derrière un bureau. Peut-être étiez-vous aussi socialement différent(e), avec des difficultés à vous connecter aux autres, ou étiez-vous timides. Vous avez eu des soucis pour vous endormir, d’énormes cauchemars, du somnambulisme. On vous aura peut-être diagnostiqué un autisme très jeune, signe de votre différence et de votre sensibilité particulière. Il est aussi possible que cette vie de colère et d’incompréhension vous ait fait sombrer dans une dépression. Pour vous protéger de vous-même et des autres, vous avez peut-être été mis sous médicaments, ce qui aura eu pour effet d’enfouir encore plus profond qui vous êtes vraiment. La nourriture industrielle, les pesticides n’auront également fait qu’aggraver la situation.
  • Vous êtes en colère contre toute la souffrance dont vous êtes le témoin ; souffrance envers les humains, envers les animaux, envers la nature. Vous ne comprenez pas pourquoi les humains agissent comme ils le font. Vous allez souvent prendre cette souffrance sur vos épaules, ou passer votre temps à être en colère intérieurement. Parfois cette colère va se retourner contre les autres, avec des comportements et mots violents, mais aussi contre vous avec un rapport difficile avec votre corps, un attrait pour les jeux vidéo ou films violents, ou de façon plus extrême par de l’autodestruction. Vous avez souvent du mal à accepter votre corps, vous ne l’aimez pas et de ce fait vous n’en prenez pas soin ou bien vous en faite une obsession.
  • Vous avec une intuition très forte et savez quand les personnes mentent, quand quelque chose ne sonne pas juste. De ce fait, on peut vous voir comme ne respectant pas l’autorité, les anciens, car peu importe l’âge et la hiérarchie, vous ne pouvez accepter lorsqu’on ne vous dit pas la vérité. Le mensonge est pour vous une vraie trahison et vous ne le comprenez pas. Vous avez toujours eu une certaine sagesse que les autres reconnaissaient « elle/il est mature pour son âge » !
  • Vous n’arrivez pas à vous contenter d’une vie « moyenne », vous avez de l’espoir, vous voulez changer les choses. Vous savez qu’il y a plein de ressources là dehors et vous croyez intimement que tout le monde peut s’en sortir. Vous êtes en révolte contre les institutions, la société et vous voulez démolir ce monde superficiel et injuste pour en recréer un plus respectueux de tous, égalitaire et heureux.
  • C’est d’ailleurs normal car c’est pour aider le monde que vous vous êtes incarnés !
  • De plus en plus de personnes sur la planète réalisent qu’elles ont des capacités télépathiques, qu’elles sont clairvoyantes, clairscentientes. Peut-être avez-vous toujours senti que vous étiez différent ? Rassurez-vous si ça n’est pas le cas, la plupart des personnes ne le découvrent que plus tard. Nous naissons certes « purs », mais très rapidement cela vient être recouvert des attentes de nos parents, de nos expériences, de nos traumas, des travers de la société, etc. (et aussi de notre karma, mais c’est un sujet trop vaste pour être discuté ici !!)
  • « Je n’ai jamais demandé à venir ici » – Si, vous avez demandé à venir sur Terre, mais vous ne vous en souvenez plus!

J’ai souvent entendu ces personnes dire qu’elles n’avaient pas demandé à être là, qu’elles ne se sentent pas à leur place, qu’elles n’avaient pas « signé » pour ça. Le monde d’aujourd’hui peut être tellement cruel que ça vous parait impossible d’avoir choisi de venir !

Alors sachez que si, vous avez accepté de venir ici, vous l’avez même surement demandé ! Pourquoi ? Car vous avez entendu l’appel à l’aide de la Terre et des humains qui n’en peuvent plus de souffrir et de vivre tête baissée. Alors il était temps que viennent sur Terre des êtres éveillés, bons, qui pourraient venir se battre pour inverser la tendance !

Comment est-ce que ce choix se fait et pourquoi s’être incarné dans tel pays et au sein de telle famille ? Au risque de décevoir certain(e)s, je n’ai pas vraiment de réponse ! Votre choix a été fait selon les individus que vous avez souhaité aider, selon ce que vous aviez à travailler sur vous, selon votre karma (encore celui-ci !), etc. Une fois incarnés, vous oubliez que vous êtes un être énergétique ainsi que ce pour quoi vous êtes venus; cela peut vous prendre plus ou moins de temps pour vous en rappeler!

Clairement, ce choix a été fait à la fois par amour et par sacrifice : vous aimez tellement les humains et la Terre que vous avez accepté de venir vous incarner dans un corps fini, qui peut souffrir, avec un mental bien trempé, et avec un ego qui joue des tours. Merci du cadeau !! Vous l’avez fait également afin de vivre une expérience particulière et de vous développer spirituellement. Alors, peut-être que vous regrettez le temps où vous flottiez dans votre bulle d’énergie, à la source, dans l’univers, mais le fait est que maintenant vous êtes ici, et vous avez un but particulier, alors plus vite vous l’accepterez, plus vite vous pourrez accomplir ce pour quoi vous êtes ici !

  1. « Pourquoi suis-je là ? »  – Vous avez une mission, à vous de la trouver!

Il y a tellement de choses qui peuvent être faites pour rendre ce monde un peu plus beau ! Il semblerait que vous en ayez choisi une ou plusieurs avant de vous incarner ! Tant de gens font un travail qui leur déplaît, par choix ou non d’ailleurs. La situation économique est souvent un frein au bien-être car cela force les gens à prendre/rester dans un job qui les consume à petit feu. Si c’est votre cas, il est crucial de contrebalancer cela par des rapports humains joyeux, des activités à côté que vous aimez et qui vous épanouissent !

  1. Une passion pour la musique ou l’art ? Ces derniers ouvrent les yeux des gens, parlent directement à leurs cœurs, sont un moyen d’explorer, de défendre, d’être engagé !
  2. Vous n’avez qu’une envie : rester dans la nature ? Tous les métiers ou passe-temps qui prennent directement soin de la nature, font pousser des plantes, de la nourriture (sans pesticides ni OGM bien sûr !), qui dessinent des jardins, qui plantent et replantent, sont à la fois une nécessité et un vrai  bonheur pour tous !
  3. Vous adorez le contact humain : vous pouvez avoir une occupation dans le milieu social, aidant directement les personnes marginalisées, en difficulté, ou bien partir au bout du monde pour faire de l’humanitaire !
  4. Vous êtes fascinés par le corps humain ? Vous trouverez votre bonheur dans la médecine, qu’elle soit classique ou alternative, qu’elle utilise des outils sophistiqués, des plantes ou vos mains,vous réparerez les corps physiques et émotionnels des gens et leur conseillerez comment mieux en prendre soin !
  5. Vous ressentez les émotions des gens et voyez des choses fascinantes ? Alors vous aiderez tout être vivant à comprendre son mental, à se libérer de ses émotions négatives, et les guiderez lors de vos séances vers une paix intérieure !
  6. Vous aimez transmettre ? Alors votre responsabilité sera d’éduquer les générations à venir, mais aussi les adultes, à la bienveillance, l’amour, la générosité, à l’écoute, à la réflexion !
  7. Vous adorez comprendre le monde? Les sciences permettent des avancées importantes à tous les niveaux; vous pouvez les utiliser pour le plus grand bien!

Cette liste est infinie car il y a des milliers de façons de changer le monde et d’apporter sa pierre à l’édifice… 😊 Ecoutez-vous et trouvez ce qui vous correspond !

  1. Que dois-je faire alors ? Acceptez qui vous êtes, le monde vous le rendra !

Une fois que vous avez pris conscience de tout cela, certaines actions vont s’imposer à vous !

Ce réveil entraîne souvent un état des lieux de votre vie actuelle. Peut-être allez-vous décider de changer de travail, de rompre certaines relations, c’est tout à fait normal. Vous aurez envie d’avoir un travail qui sert votre cause ou bien de vous investir dans telle ou telle activité en dehors de votre emploi, et ne souhaiterez plus être entouré(e) de personnes toxiques et réfractaires au changement.

Vous allez avoir envie de vous redécouvrir, pourquoi pas de démarrer une thérapie quelle qu’elle soit, de faire de la méditation.  Vous voudrez surement changer votre façon de manger, en enlevant les produits chimiques, en mangeant bio, en devenant végétarien/lien, en souhaitant savoir d’où provient ce que vous mettez dans votre corps. Vous prendrez en effet petit à petit conscience que vous et votre corps vous ne faite qu’un, vous êtes partenaires dans cette vie, et donc qu’il faut l’aimer et en prendre soin ! Peut-être est-il temps de se mettre à une activité physique ? D’aller consulter pour toutes ces douleurs que vous traînez depuis des années !

Ecoutez vos intuitions ! Un des messages les plus importants que mes guides m’ont transmis est celui-là:

« Tu connais déjà toutes les réponses »

Alors ayez confiance en vous, écoutez-vous, et vous saurez toujours quoi faire !  Et surtout : n’hésitez pas à demander de l’aide pour vous accompagner dans cet éveil, sur ce chemin qui n’est pas facile mais tellement beau à vivre ! Le Reiki peut vous aider à trouver votre voie en vous aidant à enlever des blocages émotionnels et mentaux, des croyances anciennes, et en vous donnant une plus grande clairvoyance. J’ai également rencontré lors d’un salon Lydia Justamente, une médium et coach holistique qui a pour but de vous aider à trouver votre mission de vie. Je ne peux que vous la recommander!

Cet article est assez long, mais il me semblait important d’y faire apparaître le plus d’informations possibles afin que montrer la diversité de ces enfants du nouveau monde et de répondre aux questions que ces derniers se posent très souvent ! Même si vous ne vous y reconnaissez pas, vous êtes forcément en lien avec des enfants ou adultes qui possèdent certaines caractéristiques énoncées dans cet article. Vous leur rendrez un grand service en les mettant à votre tour sur leur voie !

N’hésitez pas à me contacter si vous souhaitez parler plus en détail, je serai ravie de vous accompagner dans votre chemin de vie. Vous êtes également les bienvenu(e)s si vous souhaitez partager vos expériences en commentaire en dessous de l’article !

Bon éveil à tous !

Doriane

Credit image: Josephine Wall, Child of the Universe

Accueillir sa vie, quel concept étrange non ? Comment peut-on accueillir sa vie, puisqu’on est déjà en plein dedans tous les jours et qu’on n’a pas vraiment le choix !? Alors qu’est-ce que ça veut dire, exactement, accueillir sa vie ?

Accueillir, c’est tout d’abord ne plus subir sa vie, ne plus être un pantin tiré par des fils invisibles, dirigé par nos parents, amis, notre passé, notre mental, nos émotions. Accueillir, c’est devenir un spectateur tout en participant activement à la pièce de théâtre. En effet, nous sommes très souvent tellement « dans » notre vie, que nous ne contrôlons plus rien et que nous nous laissons envahir par nos émotions.

« Avoir la tête dans le guidon » ne vous permet pas d’anticiper ce qui arrive ni de réagir à temps !

« Je me suis laissée emporter » , telle une feuille balayée par un gros coup de vent, qui ne peut alors plus rien faire !

Comment alors accueillir notre vie ? La technique est simple : lorsque vous ressentez un sentiment désagréable, qui vous tire vers le bas, qui ne vous convient pas, ou lorsque vous faites face à une situation qui vous déboussole, prenez en conscience. Prendre conscience de ce qui se passe veut dire faire une pause et prendre le dessus sur ce qui est en train de se passer.

Une fois que vous avez réussi à être un tout petit peu en marge de ce qui se passe, prenez quelques grandes inspirations en respirant dans votre ventre (siège de toutes nos émotions !) afin de vous apaiser.

L’étape suivante et d’identifier l’émotion ou les émotions principales que vous ressentez à ce moment précis : colère, déception, abandon, tristesse, désespoir, stress, détresse, etc. Cette étape est importante puisque en nommant l’émotion, vous lui montrez que vous l’avez remarqué, que vous savez qu’elle est là, et vous la sortez du ressenti émotionnel pour l’amener dans votre conscience.

Pour finir en beauté, prononcez dans votre tête ou à haute voix : « (Émotion), je t’accueille et je te laisse partir », par exemple « Tristesse, je t’accueille et je te laisse partir ».

Récapitulons :

  • Prenez conscience que quelque chose ne vous convient pas ;
  • Faites une pause ;
  • Respirez profondément ;
  • Identifier l’émotion qui vous traverse ;
  • Laissez-la partir en utilisant la phrase:                    » (Émotion), je t’accueille et je te laisse partir ».

bubble nature.jpeg

Accueillir c’est également le début de l’acceptation.

Accepter ne veut pas dire que l’on est content(e) de ce qui nous arrive.

Accepter c’est décider de voir ce qui se passe dans notre vie comme des expériences, plus ou moins agréables, desquelles on va tirer tel ou tel apprentissage ou leçon de vie. Une situation n’est « négative », un sentiment n’est « négatif » que lorsqu’on leur prête cette dénomination, il s’agit d’un jugement.

Par exemple, on qualifie souvent une rupture sentimentale comme étant quelque chose de négatif, mais cette dernière peut vous en apprendre beaucoup sur vous-même, vous permettre de savoir ce que vous voulez ou ne voulez pas, vous permettre de rencontrer in fine une personne qui vous correspond mieux ! Chaque situation peut vous être bénéfique, même si parfois cela est très difficile à voir tant la douleur est présente.

Accepter c’est se laisser la possibilité de se libérer d’un sentiment qui nous détruit à petit feu et qui, à terme, va créer des tensions et maladies physiques, mentales et/ou émotionnelles.

Accepter, c’est ouvrir la porte au pardon, que ça soit pardonner la personne qui nous a fait du mal, ou pardonner la vie qui nous impose certaines situations. Le pardon ici n’a aucune vocation à soulager la conscience de la personne qui vous a mis dans un tel état, mais à vous libérer une fois pour toute de ce poids et à vous apporter une sérénité et une paix profonde.

Accepter c’est arrêter de lutter!

Ce n’est pas votre faute si vous ressentez telle ou telle émotion.

Ne vous excusez jamais de ressentir !

Si ce que la personne vous a dit ou a fait, ou si une situation réveille certaines émotions, cela veut dire que:

1) ces situations/personnes sont objectivement difficiles/méchantes et donc le sentiment qu’elles réveillent sont des réactions légitimes à une injustice ;

2) elles sont subjectivement difficiles/méchantes et donc le sentiment naît car cela vient réveiller chez vous une blessure.

Dans les deux cas, vous n’avez pas choisi de ressentir cela. En revanche, vous pouvez reprendre le dessus en utilisant l’accueil. A force de prendre conscience de ces émotions, elles deviennent moins violentes et peu à peu disparaissent. Faites le test ! Pour ma part, cela fonctionne vraiment bien

Pour approfondir cela, je vous conseille le livre de Nassrine Reza, Le pouvoir de l’accueil, qui est extra ! C’est un livre très facile à lire et très positif. Il est possible de le feuilleter un peu chaque soir car chaque page porte sur une thématique différente. Je remercie beaucoup la personne qui me l’a conseillé car c’est une petite merveille!

En vous souhaitant un très bel accueil pour une paix retrouvée!

~ Doriane ~

 

La douleur est vue comme quelque chose d’horrible, d’inconfortable, qu’il faut enlever le plus rapidement possible. Hop, un paracétamol pour s’en débarrasser!

En effet, qui aime avoir mal ?! Sauf que la douleur est là pour nous indiquer quelque chose. Le corps ne se met pas à avoir mal sans raison. Si on ressent de la douleur, c’est que quelque chose ne fonctionne pas comme il faut, qu’il y a un déséquilibre !

Lorsque votre main touche votre casserole brûlante, la douleur vous force à la retirer immédiatement. Et bien c’est pareil pour les autres douleurs. Si vous avez des maux de dos, maux de tête, sinusites à répétitions, si vous ne cessez de tomber et de vous casser quelque chose, d’avoir des nausées dès que vous avez un stress au travail, ça n’est pas normal, votre corps essaie de vous dire quelque chose, écoutez-le !

Peut-être que vous mangez quelque chose auquel vous êtes intolérant (cela rend vos intestins poreux et donc enflammés et permet aux toxines d’aller s’installer sur vos organes, muscles, etc. créant des tensions). Peut-être que le sport que vous pratiquez n’est pas fait pour vous. Peut-être également que votre mode de vie, à peine 5 ou 6h de sommeil par nuit, beaucoup de café, de stress, demande trop d’énergie à votre organisme ! Peut-être que vous gardez tellement de frustration et de colère en vous que cela créée un blocage au niveau de votre gorge et vous rend propice aux angines ?

La liste peut être longue …

Quand vous tombez malade, quand vous avez mal, ne combattez pas la douleur d’un « pfff et voilà encore un mal de crâne, … », mais essayer d’abord de chercher ce qui peut le causer. Cela est d’autant plus vrai s’il s’agit de quelque chose de chronique et qui vous affecte de façon négative. Lorsque quelque chose est chronique, cela signifie qu’il y a un blocage à un endroit, et qu’il n’y a besoin que d’un tout petit stimulus externe pour déclencher la douleur à nouveau.

En médecine asiatique, et notamment chinoise, les douleurs sont causées par des émotions négatives que nous avons gardées au fond de nous. Lorsque l’on n’évacue pas ces émotions – tristesse, colère, peur, déception, etc. – ces dernières viennent créer un blocage qui à force provoque des faiblesses, tensions, douleurs, et maladies. Au niveau physique, lorsque l’on est heureux, le cerveau relâche de la dopamine. Lorsque l’on est stressé ou que l’on a peur, il s’agit de l’adrénaline (épinéphrine). Face à de fort taux d’adrénaline, notre corps fatigue plus vite, et nos toxines s’accumulent à tel ou tel endroit créant ces blocages.

Par douleur, j’inclue aussi les douleurs émotionnelles et mentales. Vous ne devez pas vous résoudre à être à la merci de vos humeurs, de vous retrouver au plus bas sans raison apparente, de ne jamais savoir comment vous allez réagir à telle ou telle situation. Qu’il y ait une explication logique à cela, par exemple des soucis au travail, une rupture sentimentale, une crise identitaire – ou pas, il ne faut pas que vous acceptiez comme étant « normal » d’être en souffrance.

Ici aussi, si vous ne vous reconnaissez plus, si vous vous sentez à côté de vos pompes, que vous vous sentez heureux puis malheureux en une seconde, posez-vous quelques instants et écoutez-vous afin de trouver d’où cela vient. Et surtout, n’hésitez pas à demander de l’aide ! Pour enlever les blocages énergétiques à l’origine de vos douleurs et mal-être, il est parfois indispensable d’être aidé de thérapeutes qualifiés.

Soyez plus attentifs et gentils avec votre propre corps. Après tout sans lui vous ne seriez plus grand-chose ! Soyez une équipe, écoutez-le et prenez soin de lui. Il vous le rendra 🙂 

Si cela vous intéresse d’aller plus loin, je vous conseille le livre de Lise Bourbeau « Ecoute ton corps – ton plus grand ami sur la Terre », sur cette thématique.

Bonne écoute!

Doriane

Ce matin je suis tombée sur un article qui m’a beaucoup touché. Son auteure est Sarah Roubato, qui se décrit sur son site comme étant « pisteuse de paroles, écouteuse à temps plein, chercheuse en trans-écritures ».

Cette lettre elle l’écrit aux jeunes, mais au final je trouve qu’elle peut s’adresser à nous tous – femmes, hommes, ados, employés de tous âges – car elle nous rappelle qu’il n’y a pas un chemin de vie tout tracé. Il y a en fait plein de chemins, qui sont là à notre portée, si on se donne la peine de chercher ce qu’on aime, ce que l’on veut faire, ce qui est important pour nous, nos valeurs, le monde dans lequel on souhaite vivre, le type de personne que l’on veut être.

Personne ne dit que ça sera facile, mais tant qu’à vivre, autant vivre au plus proche de ce qui nous correspond et de ce qui nous rend heureux. Il faut avouer que le marché du travail est difficile, que l’administration et la bureaucratie écrasent les démarches, que l’économie, les banques et les taxes ruinent les petits business et entrepreneurs. Mais il vaut mieux essayer, en s’entourant de gens compétents, en prenant connaissance de tous les aspects qui se rapprochent à notre projet, que de passer sa vie à subir dans un job qui ne nous correspond pas.

Ecoutez-vous, votre corps vous fait passer des messages, ne vous amusez pas à tester vos limites « juste pour voir ». Quand on n’est pas sur le bon chemin et que l’on va trop loin, qu’on accepte des conditions de travail, un mauvais traitement de nos collègues et de nous-même, et que notre travail va a l’encontre de nos valeurs, on le ressent toujours: de la fatigue, du stress, qui se transforment en douleurs, maladies, et en moral au plus bas si ça n’est burn out ou dépression. Il faut agir! Ne croyez pas cette société qui vous fait dit que vous devez être comme les autres, qu’il faut rentrer dans le moule. Vous restez libre de choisir, libre de penser, et libre d’accepter ou non. 

Si cet article me touche, c’est aussi car un parcours peu commun, je connais bien: 6 années d’études dans 5 universités et écoles différentes, 9 villes/pays différents en 7 ans. J’ai changé au moins 5 fois d’envie de métier et il est possible que je continue encore! J’ai toujours refusé de rester dans des études ou des emplois qui ne correspondaient pas exactement à ce que je souhaitais pour moi-même et le monde. C’est peut-être plus instable et précaire, mais aujourd’hui je suis heureuse et je ne changerais  pas ce parcours même pour tout l’or du monde!

Je vous invite vraiment à lire et à partager cet article: La lettre

Merci Sarah pour ce beau message!

Suivez vos rêves, vos intuitions, et soyez qui vous voulez être ❤

Doriane