Ne prenez pas les choses personnellement

En l’espace de quelques jours j’ai reçu deux critiques ou attaques mi-professionnelles mi-personnelles – car il est difficile de séparer les deux quand on est thérapeute! Le but ici n’est pas de rentrer dans les détails de ce qui m’a été dit mais plutôt de vous partager mes ressentis et ma réponse car je suis sure que vous avez ou ferez un jour aussi l’objet de critiques injustes!

Qu’on soit bien d’accord, je suis toujours ouverte aux critiques – elles ne sont jamais super agréables à recevoir, notre ego a tout de suite tendance à se braquer et à vouloir crier au scandale! Mais sans critique constructive on ne peut pas vraiment progresser en tant qu’être humain. Et la différence est bien là, dans le mot « constructive »!

Selon moi ces deux mots ne devraient pas aller ensemble car la définition de la critique est la suivante « Porter sur quelqu’un ou quelque chose un jugement défavorable en en faisant ressortir les défauts, les erreurs, etc. » (Larousse). Pour être constructif, il faudrait selon moi qu’il n’y ai pas de jugement porté, juste un avis (subjectif et/ou objectif) et des arguments. Mais ne nous éloignons pas du sujet!

Les critiques qui m’ont été faites mettent en cause ma bonne foi et mon investissement pour les personnes qui viennent me voir. Et c’est là où ça a touché une corde sensible! Ceux qui m’ont rencontré et sont venus en séance savent que je ne regarde pas ma montre, que je m’investis beaucoup (peut-être même trop), que je m’adapte lorsqu’ils ont des difficultés financières, et que je me soucie sincèrement pour eux pendant et après les séances. Du coup ça a tout de suite fait naître en moi un sentiment d’injustice incroyable – avec le cœur qui bat la chamade, froid partout dans le dos et une rage qui bouillait dans le ventre. Je suppose que ce sentiment vous est familier et que vous aussi vous avez un jour fait face à une accusation ou une injustice qui vous a pris au tripes.

Pour autant, au lieu de m’insurger et de laisser ma déception et ma colère faire surface, j’ai pris des grandes inspirations et je me suis posée pour analyser la situation. Je suis toujours prête à admettre mes tors, je n’ai pas d’honneur particulier à sauver. Sauf qu’ici je savais que je n’avais rien fait de mal et que c’était profondément injuste. Les raisons potentielles de leur critiques étaient donc les suivantes:

  1. Ces personnes sont en souffrance et n’ont pas encore trouvé de pratiques/personnes pour les aider à les soulager;
  2. Ces personnes sont en difficultés financières et ne peuvent généralement pas profiter de ce type de services (les prix pratiqués dans les médecines alternatives  les rendent souvent élitistes);
  3. Ces personnes ont en elles une colère insatiable, qu’elles tournent vers tout autre individu peut importe la situation;
  4. Ces personnes ont porté un jugement hâtif à cause d’expériences précédentes sans avoir toutes les informations nécessaires.

Faire ce travail m’a apaisé car peu importe la situation dans laquelle elles étaient, j’ai pu réaliser une chose: elles ne m’attaquaient pas personnellement. Elles attaquaient ce que je représentais (une thérapeute de médecine alternative) ou bien c’était leurs blessures qui parlaient. Et ça fait une différence énorme, non pas sur la forme car c’est toujours désagréable à recevoir, mais sur le fond car elles ne souhaitaient pas réellement m’attaquer. J’ai donc pu répondre à leurs attaques de façon bienveillante et réfléchie sans m’embarquer dans des débats sans fonds qui n’auraient abouti à rien du tout.

Les gens portent des jugements ou critiquent forcément en fonction d’une expérience passée ou d’une blessure (faite par vous ou non d’ailleurs). Plutôt que de nous offusquer directement et de laisser notre ego sortir au galop, il est toujours bénéfique de prendre du recul et de faire une pause pour comprendre d’où viennent réellement leurs plaintes. Vous arriverez ainsi à désamorcer une potentielle situation conflictuelle et vous éviterez en même temps de ruminer pendant des heures (ce qui, nous sommes tous d’accord là-dessus, est un sentiment vraiment désagréable!).

La dernière chose que ces événements m’ont fait réaliser: pendant quelques instants je me suis quand même remise en question: « pourrais-tu faire encore plus pour tes patients? ». Et mon cœur de répondre: « non, tu fais déjà de ton mieux, tu te donnes à ton maximum de façon honnête et sincère. » « Tu en fais assez. Tu ES assez »!

Et vous, avez-vous déjà fait face à de telles situations? Comment avez-vous réagi?

Très belle journée à vous ❤

Doriane

PS: Pour ceux qui l’auront remarqué, cet article illustre l’Accord Toltèque n°2 de Don Miguel Ruiz (Les Quatre Accords Toltèques) – Livre CULTE que je vous conseille: 

« N’en faites pas une affaire personnelle: Ce que les autres disent ou font n’est qu’une projection de leur propre réalité. Lorsque vous êtes immunisés contre ça vous n’êtes plus victimes de souffrances inutiles ». 

2 commentaires sur “Ne prenez pas les choses personnellement

  1. Superbe livre effectivement !
    Il m’arrive bien souvent ce genre de critique. Pour ma part, j’observe aussi vite que possible ce que je ressens. Si les propos me touchent, c’est qu’ils ont une part de vérité.
    Une fois soulager, je me sens plus apte à essayer de comprendre ce que la personne peut ressentir.
    Encore une fois, il faut d’abord mettre de côté l’égo… pas facile 🙂

    Cependant, comment répondre à une personne qui ne parle qu’avec son égo (au sens d’Eckhart Tolle)? La personne n’étant pas d’humeur à tenir des propos constructifs et bienveillants, elle n’est sûrement pas d’humeur à entendre quoi que ce soit ; si ce n’est de n’entendre à son tour que des critiques et envenimant d’autant l’échange.

    Au plaisir 🙂

    J'aime

    • Merci pour ton commentaire Germain!
      En effet, souvent quand les critiques nous touchent c’est soit qu’elles viennent réveiller une peur/douleur en nous, soit qu’elles sont totalement vécues comme injustes!
      Pour être honnête dès que je vois que la personne avec laquelle je discute ne parle qu’avec son ego et n’a pour but que d’avoir raison sans réellement souhaiter un débat, peu importe le sujet, je me retire pour me protéger. Il n’y a rien de bon à tirer de ce type de conversations, si ce n’est de la frustration, de la colère ou de la tristesse et surtout des heures à ressasser derrière! Il faut choisir ses batailles…
      C’est important de se séparer petit à petit de ce types de personnes et à privilégier les relations (quelles qu’elles soient) plus saines. J’ai réussi à ne m’entourer que de gens bienveillants et ouverts d’esprits depuis que je suis revenue en France ce qui limite ce genre de conversations nocives mais elles finissent toujours par revenir de temps en temps, comme pour lancer défi 🙂

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :